Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
professeur.bernard.lebeau.over-blog.com

Euthanasieur. Faut-il créer un nouveau métier ?

LÉGALISER L'EUTHANASIE MAIS EN LA CONTRÔLANT

LÉGALISER L'EUTHANASIE MAIS EN LA CONTRÔLANT

Voici un extrait d'un article du Figaro d'hier, réalisé à partir d'une émission télévisée de France 2:

«Ma vie n’est pas une série Netflix. On ne peut pas débattre sur la fin.» Et pourtant… Âgée de seulement 23 ans, Olympe, une jeune Française atteinte d’un trouble dissociatif de l’identité, a annoncé dans une vidéo postée ces derniers jours sur Instagram son intention d’avoir recours au suicide assisté en Belgique dans le dernier trimestre de l’année 2023. Alors que l’influençeuse - Lily de son vrai nom - compte plus de 250.000 abonnés sur sa chaîne, son message est devenu viral."

Lily ne relève probablement pas d'une aide médicale à mourir. Si elle se rend en Belgique, comme le font actuellement beaucoup de Français victimes des insuffisances de notre loi, sa demande  d'aide à mourir sera refusée. Il lui sera conseillé de recourir à un traitement psychiatrique. Il est regrettable que le message d'Olympe, déjà largement diffusés sur Instagram, générateur de possibles demandes d'aides médicales à mourir de passionnés des réseaux, d'adolescents déprimés addictifs des écrans, soient repris dans la grande presse pour paradoxalement valoriser les lois de 2005 et 2016 qui bien sûr protègent les Français de telles  dérives.

Les indications psychiatriques d'une aide médicale à mourir représentent moins de 2% des quelques 2000 cas d'euthanasie annuellement déclarés en Belgique. Ces demandes sont collégialement discutées, strictement contrôlés.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article