Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
professeur.bernard.lebeau.over-blog.com

Euthanasieur. Faut-il créer un nouveau métier ?

GODARD, LIBRE JUSQU'À LA FIN

GODARD, LIBRE JUSQU'À LA FIN

Dans un blog du 14/09, je vous faisais part du décès de Jean-Luc Godard, survenu la veille au matin, à 91 ans, à Rolle, au bord du Léman qu'il aimait appeler le "Lac de Genève pour emmerder les Français!" Un long article d'Ariane Chemin paru dans "Le Monde" du 2/12 nous fournit un riche complément d'informations sur ce géant de la production cinématographique. J'en relève quelques-unes, éclairant son départ. Victime de quelques accidents sévères où il avait croisé la mort sans qu'elle ne le séduise, Godard ne la craignait pas. Dès 2014, il déclarait à la presse qu'il n'accepterait pas de "finir sa vie poussé dans une brouette". Il avait pratiqué le tennis jusqu'à près de 80 ans; je tâche de faire de même! Accompagné par sa dernière femme, Anne-Marie Miéville, il a contacté l'association Exit le 3/09 pour programmer sa mort. Il ne présentait pourtant ni maladie engageant le pronostic vital, ni handicap majeur, ni souffrance physique, mais, ne pouvant plus travailler, se disant épuisé, il souhaitait "échapper au malheur de ses jours". Il a téléphoné à ses proches pour les en informer, pour revivre avec eux les joies de leur passé, notamment avec Roland Tolmatchoff, son grand ami d'enfance, son compagnon festif, son collaborateur créatif, toujours survivant à 92 ans, témoin de son premier mariage avec Anna Karina en 1941, de sa riche épopée... Le 13/09 au matin, une infirmière d'Exit est venue mettre en place une perfusion intraveineuse permettant alors à l'éternel Godard de s'auto-injecter quinze grammes de pentobarbital, provoquant en trois minutes un endormissement progressif. À sa demande, il a ensuite été incinéré (voir le chapitre 51 de mon livre "...Et à la fin sera le Verbe") puis ses cendres ont ensuite été dispersées dans le lac qu'il aimait par sa femme et quelques proches.

Vivre et mourir libre. Tu nous avais déjà beaucoup donné mais, pour ta dernière séance, merci encore Jean-Luc!

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article