Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
professeur.bernard.lebeau.over-blog.com

Euthanasieur. Faut-il créer un nouveau métier ?

FIN DE VIE: LA DÉTRESSE D'UNE MÈRE

FIN DE VIE: LA DÉTRESSE D'UNE MÈRE

L'Angleterre vit ces jours une réplique de l'affaire Vincent Lambert. Archie est un beau garçon de 12 ans. Chrétien déclaré, il aime pourtant les sports de combat. Il fréquente les réseaux sociaux, plaie potentielle de jeunes mal surveillés. Il y découvre le 7 avril dernier un défi qu'il relève: l'autostrangulation. Il ne peut l'interrompre. Il est amené en coma profond à l'hôpital Royal London de Whitechapel, intubé et ventilé. Les examens du 10 avril diagnostiquent une mort cérébrale. Les réanimateurs proposent l'arrêt des soins mais la mère d'Archie le refuse. Elle fait appel à la justice britannique qui lui donne tort le 31 mai, ce d'autant qu'une IRM avait confirmé des lésions irréversibles du tronc cérébral. Le tribunal concluait à la futilité de soins ne servant qu'à repousser la mort et allant à l'opposé du bien-être du patient. Le 2 août, la mère fait appel à la Cour suprême: appel rejeté. Elle joint aussitôt la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), comme l'avait fait à l'époque avec succès la mère de Vincent Lambert. Hélas pour elle, sans doute du fait d'un état clinique d'Archie encore plus dramatique que celui de Vincent, la CEDH confirme la décision britannique. Arguant de sa foi chrétienne, la mère veut poursuivre son combat. Elle envisage un transfert de son fils vers le Japon ou l'Italie, pays s'opposant à l'euthanasie. La passion d'une mère n'a pas de limites. Elle est déraisonnable. Comment lui faire comprendre, pour qu'elle fasse son deuil, que la pseudo-vie d'Archie est un calvaire qui ne prendra fin qu,à l'arrêt des soins, ouvrant alors peut-être à son âme les portes du paradis?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article